Home / Les Directeurs du TNA

Les Directeurs du TNA

Biographie des directeurs du théâtre national algérien:
Depuis plus de 50 ans, le théâtre national algérien a connu quatorze directeur, la plus part d’entre eux sont des metteurs en scène et comédiens. Le bâtisse de Mahiedine Bechtarzi a connu des grands noms qui l’ont géré parfaitement.

Liste des directeurs ayant dirigé le Théâtre National Algérien depuis 1963

 

  1. -KATEB Mustapha : du 01/01/1963 au 30/11/1964
  2. -BOUDIA Mohamed : du 10/12/1964 au 30/06/1965
  3. -KATEB Mustapha : du 30/06/1965 au 15/02/1973
  4. -BASTANDJI Mohamed : du 06/11/1972 au 15/01/1976
  5. -ALLOULA Abdelkader : du 10/01/1976 au 16/12/1976
  6. -FASLA Mohamed : du 16/12/1976 au 12/02/1978
  7. -AIT ABDERRAHIM Hadj Belkacem : du 12/02/1978 au 11/04/1985
  8. -BENSLMA Said: du  21/04/1985 au 20/08/1988
  9. -KATEB Mustapha : du 28/08/1988 au 28/10/1989
  10. -MEZIANE Ahmed : du 12/01/1991 au 01/02/1993
  11. -BOUKROUH Makhlouf : du 01/02/1993 Au 21/12/1994
  12. -MEDJOUBI Azzedine :du 21/12/1994 au 13/02/1995
  13. -HADDADI Arezki : du  05/03/1995 au 25/08/1998
  14. -ZOGHBI Houria : du 25/08/1998 au 12/10/1998.
  15. -ZIANI Cherif Ayad : du 09/09/2011 au 31/07/2003
  16. -BENGUETTAF M’hamed : du 22/07/2003 au 04/01/2014
  17. -YAHIAOUI Mohamed : du 01/08/2014

Yahiaoui Mohamed

Mohamed Yahiaoui, directeur général du théâtre national algérien, depuis le jeudi 9 janvier 2014 à ce jour.

Yahiaoui est né le 25 février 1956 à Ain Touta, dans la wilaya de Batna.

Titulaire d’un BAC en sciences juridiques de l’Université de Batna (1987). Yahiaoui a occupé les postes suivants : chargé de production et de distribution au théâtre régional de Batna (1987-1999), directeur du théâtre régional de Batna (1990-1998), directeur de la culture (1998 – 2004), directeur du théâtre régional de Batna (2005-2014), avant de succéder à l’artiste décédé M’hamed ben Guettaf à la tête de la forteresse de Mahiedine Bashtarzi (TNA).

Yahiaoui a occupé plusieurs autres postes: coordinateur général du festival international Timgad à Batna (1997-2003), Comité des concerts dans la wilaya de Batna (2000-2003), chargé des arts populaires de la région Aurès durant l’année de l’Algérie en France 2003, commissaire du festival culturel national du théâtre amazigh (2009-2015), Commissaire du festival national du théâtre professionnel en Algérie (depuis 2014 ,,,,,, ), chef de service théâtre, Constantine capitale de la culture arabe 2015. Membre du comité du prix  Ali Maâchi, ministère de la Culture(2017), membre du sommet exécutif de l’Association internationale des théâtres (Route de la soie), République populaire de Chine (2017).

Mohammed Yahiaoui a participé à plusieurs manifestations culturelles et artistiques aux niveaux national et international, notamment à travers le répertoire du Théâtre national algérien (1963-2017), le mouvement continu de l’archivage, (2016) et (2017), ainsi que son soutien continu aux journées du théâtre sud et la création d’une troupe de théâtre pour enfants. La création des (master class), et les formation dans la critique et la dramaturgie.

BENGUETTAF M’Hamed

BENGUETTAF M’Hamed ((20/12/1939- 05/01/2014).

Comédien, metteur en scène, écrivain et ancien directeur du Théâtre National Algérien.

Il a travaillé pour la radio avant de consacrer sa carrière au Théâtre national algérien. Passé du jeu à la mise en scène, il compte parmi les fondateurs de la compagnie Masrah El KalâaAuteur d’une quinzaine pièces de théâtre comme “Djeha et les gens”(1980), “Arrêt fixe” (1995) ou encore “Fatma, le bruit des autres” (1998), M’Hamed Benguettaf s’était également illustré en traduisant ou adaptant des dramaturges algériens comme Kateb Yacine et internationaux comme Nazim Hikmet, Ali Salem, Mahmoud Diab ou Ray Bradbury.

Ziani Chérif Ayad

L’un des talents les plus sûrs des années 80 (d’après M. Corvin, dans le dictionnaire encyclopédique du théâtre), il montera une vingtaine de pièces dans cette période, dont deux (Tahar Ouettar et le Cri) obtiendront, entre autres, le Grand prix de Carthage en 1987 et 1989 qui lui garantira une diffusion internationale en Europe, dans le monde arabe et en Afrique.

Apres avoir été directeur artistique du Théâtre National d’Alger (1985-1988), il fonde en 1989 la première troupe indépendante algérienne, El Qalaa (la C

itadelle), avec laquelle créera sept pièces qui seront diffusées internationalement. Cette aventure donnera aussi naissance à une riche collaboration avec Jean-Pierre Vincent et le théâtre des amandiers de Nanterre.

Les années noires de terrorisme interrompent cette expérience, paralysent progressivement l’expression culturelle algérienne et le poussent à l’exil, installé en France, il participe au Festival d’Avignon en 1994 avec la répétition ou le rond-point des artistes et au Festival de limoges avec Arrêt fixe en 1996.

Directeur du T.N.A en 2001 (jusqu’en 2003), il y instaure un programme annuel (pour la 1 ère fois dans la vie de cette institution) intitulé La Saison des Poètes. Le T.N.A reprend vie.

Commissaire pour le spectacle vivant pour l’Année de l’Algérie en France (2003), il fera entrer Nedjma à la Comédie- Française, jouée par de jeunes comédiens pour la plupart en formation.

MEDJOUBI Azzedine

– MEDJOUBI Azzedine (30/10/1945- 13/02/1995).

Acteur et metteur en scène. En 1963, il s’inscrit au Conservatoire d’Alger et il commence à faire ses premiers pas à la Télévision. Il  a travaillé ensuite avec le Théâtre national algérien puis retourne à la Télévision avant au Théâtre d’Oran. De retour au TNA, il joue dans Bab El-FoutouhLa Bonne ÂmeLes Bas-fondsStop et Hafila Tassir. À la télévision, il a joué dans Journal d’un jeune travailleurCrime et châtimentsLa grande tentativeLa Clef et El-Tarfa. Il a assisté aussi Ziani Chérif, et Benguettaf. Il participa à la création de la troupe indépendante El-Qalâa.  Il a été distribué dans notamment El-Ayta, Hafila Tassir (nouvelle version) et Hassaristan).Il met en scène pour le compte du Théâtre régional de Batna Âalem El-Bâaouche qui obtient un prix au Festival de Carthage. Il monte aussi pour le Théâtre régional de Bejaia la pièce El-Houinta (La Boutique). Il a occupé le poste de directeur du Théâtre régional de Batna puis celui de Bejaia avant d’être nommé directeur du Théâtre national algérien. Le 13 février 1995, il est assassiné par un groupe terroriste à la porte du TNA.

Sid Ahmed Agoumi

Sid Ahmed Agoumi

Acteur, comédien

Sid Ahmed Agoumi (Sid Ahmed Meziane Agoumi) est né le 10 mai 1940 à Alger.

Il a débuté sa carrière artistique pendant les années soixante du siècle dernier, et il a été présent dans le théâtre, la télévision et le cinéma.

IL a participé dans plusieurs pièces de théâtre telles que « les fils de la casbah, des roses rouges pour moi, le cadavre encerclé, la vie est un rêve, les vieux, Hassan Terro, la femme rebelle, Anbassa, le vent, la rougeur de l’aube , l’homme aux sandales en caoutchouc. Il a été désigné directeur de la maison de la culture et du théâtre de la ville de Tizi Ouazou, et directeur de la maison de la culture à Annaba et à Constantine les années 1974/1975 ; et directeur du théâtre national algérien.

Parmi ses œuvres : Zed, le parcours, les révolutionnaires, le moulin, Kahla et Baida, Moruturi, de l’autre côté de la mer, il était une fois dans l’oued, quand la morale se rebelle, rendez-vous avec le destin, Achour El Acher, les décrets.

Il a participé dans plus d’une cinquantaine d’œuvres théâtrales, de télévision et de cinéma, dont la dernière série loufoque « Achour El Acher ».

Saïd BEN SALAM

Saïd BEN SALAM

Est né le 22 novembre 1946 à Ath Zmenzer, sur le flanc sud de la ville de Tizi Ouzou.

Il est issu de la première promotion (1965-1970) de l’Ecole Nationale des Arts dramatiques et de la Chorégraphie E.N.A.D.C de Bordj El Kiffan, actuellement I.S.M.A.S.

Pendant les études, il a participé à certaines réalisations comme figurant ou dans des petits rôles.

1966 – Ivanhoe, fresque historique dans le cadre des fêtes et jeux du Berry (France)

Réalisation Henri Cordreaux

1967 – La Bête, fresque historique sur la colonisation de l’Afrique

Mise en Scène collective, Coordination Kamel Babadoun

1967– Le foehn de Mouloud Mameri, Mise en Scène Jean-Marie Boeglin

1968 – Le Cadarne en cerclé, de kateb yacine, Mise en Scène Mustapha Kateb

1969 – Co –réalisateur avec Ziani-Cherif Ayad, de l’Empereur Jones, de Eugene o’neil,

1970 – Mise en Scène Collective

de Ali Djanah Ettebrizi

de Alfred Faradj

1973 –Yal Akh rak met sellel

D’après le Rovizor de N. Gogol

Adaptation et Mise en Scène Abdallah Ouriachi

1973 – Bab el Foutouh, de Mahmoud Diab, Mise en Scène Slim Riad

1973 – Beni Kelboun, Ecriture et Mise en Scène Kaki

1974 – Co- réalisateur avec Ziani-Cherif Ayad et Abdallah Ouriachi

de El Maqbara, de Abdallah Bouzida

1975 – Sekket Salama, De Saâddine Wahba, Mise en Scène Saâd Ardeche

1976 – Avril à la demande de Abdelkader Alloula

il prend en charge le Service Régie Générale du T.N.A

1976 –Septembre – il est chargé de l’administration Générale du T.N.A

en qualité d’Administrateur

1985 – Avril – Il est nommé Directeur du T.N.A

1988 – Septembre – Il est relevé de ses fonctions

et reconduit par Mustapha Kateb en qualité de Metteur en Scène.

1998- Réalisation de Achrab el Bahr

d’après les raisins amers  de Guillermo Figueredo

-Fondateur de la première troupe du théâtre pour enfants au T.N.A sous la coupe de  Abdallah Ouriachi

-Initiateur de la première caravane culturelle

-Créateur du Festival National du Théâtre Professionnel en 1985-1986 – 1987

1999 – Il fait valoir ses droits à la retraite.

Mustapha KATEB

Mustapha KATEB (08/07/1920-28/10/1989).

Acteur et homme de théâtre.  En 1940,  il crée « El Masrah », une troupe théâtrale professionnelle qui deviendra plus tard « El Masrah El Djazairi ».  Il  joue dans «  Tébibcesquoi » (« Le médecin sicilien »), son premier sketch . En 1963, il devient, pour 10 ans, le premier directeur du Théâtre national algérien (TNA) ; Il a monté 10 pièces dont « Hassen Terro » de Rouiched, « Anbaca » de Réda Houhou et « El-Khalidoun » de Abdelhalim Raïs ainsi que les 2 œuvres de Kateb Yacine « Le cadavre encerclé » et « L’homme aux sandales de caoutchouc ». Il a créé en 1965 l’Institut national d’art dramatique et chorégraphique (INADC ). En 1972, il démissionne du TNA et occupe un poste au ministère de l’Enseignement supérieur. Il revient au TNA en 1988. Mustapha Kateb, qui est le cousin de Kateb Yacine, a tenu des rôles dans les films « Le vent des Aurès », « L’opium et le bâton » ,  « Décembre » et « Hassan Niya ».

ALLOULA Abdelkader

ALLOULA Abdelkader (08/01/1939- 10/03/1994).

Comédien, metteur en scène, écrivain et ancien directeur du Théâtre National Algérien.

A ses débuts, entre 1956 à 1970, il s’est d’abord intéressé au théâtre au sein du F.L.N (Front de Libération National).  A l’indépendance, il contribue à la création  de l’Institut National, à l’Art Dramatique de Bordj El-Kiffan et à ses créations collectives dont El Meida. Il joue  dans  Les Enfants de la casbah Hassen nia La vie est un songe Le serment,  Roses rouges pour moi.Il met en scène L’ogresse, Le sultan embarrassé et interprète et réalise trois pièces théâtrales des répertoires de Sophocle, Shakespeare, Aristophane (interprétation et réalisation). Ila monté les pièces de théâtre Monnaie d’or etNumance. Il a joué dans les films Les chiens,. Il a écrit  El-Aleg (,  El-Khobza (Le pain) et  El-Tarfa.Il a réalisé Homk Salim premier monologue du théâtre algérien, puisé du Journal d’un fou de Gogol, puis Hout yakoul hout . Il est également l’auteur de Corine. I